Archives du mot-clé art indien

perdriolle

Visite privée chez Hervé Perdriolle, galeriste de l’art indien

Ancien galeriste de la Figuration Libre, Hervé Perdriolle choisissait il y a vingt ans de s’exiler en famille à Pondichéry pour découvrir de nouveaux horizons. Il ne fut pas déçu de son voyage. L’art contemporain populaire et tribal indien le séduisit à tel point qu’il se mit à le collectionner. Quelques années plus tard, de retour à Paris, il décidait de mieux faire connaître ses artistes favoris au public occidental. Cimaises le blog a eu la chance de rencontrer le marchand collectionneur dans son appartement-galerie à Paris où il reçoit sur rendez-vous.

perdriolle
Hervé Perdriolle devant une œuvre de Jangarh Singh Shyam. Photo VA.

Cimaises le blog : Comment s’est faite votre rencontre avec l’art contemporain populaire indien ?

Hervé Perdriolle : Je suis parti en Inde, car je voulais sortir de l’ethnocentrisme européen, découvrir de nouvelles cultures. Les quatre premiers mois de mon séjour à Pondichéry, j’ai passé mon temps à l’École française d’Extrême-Orient à compulser tout ce qui avait été publié sur l’art et les cultures locales. J’ai appris que dans les années soixante-dix, le gouvernement indien, dirigé alors par Indira Gandhi, avait placé au même niveau art contemporain, art tribal et art populaire indien en accordant des « national awards » aux grandes figures de ces mouvements. Un musée mêlant art contemporain et art populaire avait même été créé à Bhopal, le Bharat Bhawan. J’ai alors décidé de prendre le relais de qui avait été entrepris et de monter ma propre collection.

J’ai mis mes pas dans ceux des spécialistes de ces arts. Je me suis intéressé aux grands noms des ouvrages que je consultais. Puis je suis parti aux quatre coins du pays pour rencontrer ces personnes. À l’époque, c’était compliqué. Les routes étaient mauvaises, il n’y avait pas internet, je mettais un temps fou à me rendre sur place. Parfois, je trouvais porte close, mais je découvrais au hasard de mes voyages d’autres artistes, qui me captivaient. Pendant quinze ans, j’ai acheté des œuvres, en vendant mes biens pour pouvoir le faire. Je les montrais très peu et ne les commercialisais pas. Je suis devenu marchand par la force des choses. De retour à Paris, j’ai écrit de nombreux blogs pour faire connaître cet art, mais j’avais peu d’influence. Un beau jour, un collectionneur a vendu une partie de sa collection indienne, je l’ai aidé. La vente a fait un beau résultat, j’ai communiqué là-dessus. Cet argument économique a eu beaucoup plus de poids que les milliers de lignes que j’avais écrites pour faire découvrir ces artistes ! Aujourd’hui, je participe à des expositions en montrant des œuvres de ma collection, je mets en correspondance artistes contemporains occidentaux et artistes indiens. Je représente dans ma galerie des artistes populaires indiens, mais aussi de jeunes artistes sortis des écoles d’art, qui ont une démarche reliant passé et présent.

Quelle est la particularité de cet art ?

perdriolle-jivya soma mashe
Jivya Soma Mashe, « Double fishnet », 2014 130 x 225 cm.

Il n’y a pas un art indien, mais  différentes formes d’art, à la diversité colossale. Les peuples aborigènes de l’Inde sont répartis sur tout le territoire, dans de nombreuses tribus, qui regroupent parfois des centaines de milliers de personnes. Ces tribus ont leur propre dialecte, leur propre religion, souvent animiste, et leur propre expression artistique. Une des tribus les plus connues est les Naga, des coupeurs de têtes, christianisés dans les années 50, qui ont créé des totems et des parures magnifiques. Une autre tribu, les Warli, regroupe 600 000 personnes, qui vivent le plus possible en autarcie. Traditionnellement, elles peignaient des peintures rituelles deux fois dans l’année, au moment des mariages et des récoltes de riz. Mais un jour, dans les années 70, un homme a décidé de dessiner quotidiennement. Jivya Soma Mashé a développé un style qui a fait l’admiration de ses proches, de sa tribu puis de son pays. Peindre est alors devenu une activité pratiquée par plusieurs centaines de familles, qui complètent leur revenu agricole par la vente de petites œuvres. Une dizaine de leurs membres sont des artistes à part entière. L’art warli se caractérise par une pictographie basée sur le triangle. Un homme est composé de deux triangles opposés : l’un évoque la montagne sacrée de cette région, l’autre l’urne dans laquelle on fait les offrandes. Le peintre anime les personnages en variant l’orientation de ces deux éléments. Ainsi il peut transmettre les légendes de la tribu, car celle-ci n’a pas d’écriture !

Perdriolle- Mayank Kumar Shyam
Une encre de Mayank Kumar Shyam (130,5 x 94 cm)

Qui sont les artistes phares de votre collection ?

C’est difficile pour moi de distinguer un artiste plus qu’un autre, car ils sont tous extraordinaires. Jivya Soma Mashé, dont je vous parlais, est l’un des artistes clefs de ma collection, mais j’essaie aussi de soutenir de jeunes artistes, comme Mayank Kumar Shyam, âgé de 25 ans, issu de la tribu des Gond. Ses encres sont magnifiques. J’aime aussi beaucoup le travail de Pushpa Kumari, une jeune femme artiste originaire de l’État du Bihar au nord de l’Inde. Elle travaille dans la tradition des peintures mithila de cette région, mais en modernisant le style et en ayant des thèmes très actuels, comme le fœticide des embryons féminins, le Sida…

Votre galerie est dans votre appartement. Pourquoi ne pas avoir pignon sur rue ?

Le principe de la galerie, le white cube froid et immaculé, n’est pas du tout dans mes goûts. Mais il est vrai que je me pose désormais la question d’avoir un espace ouvert au public pour me permettre d’organiser des conférences, des rencontres, des événements, des performances avec des artistes. Je suis en train d’y réfléchir. Peut-être dans quelques mois… Ce sera une nouvelle aventure !

Actualité

Cet été, Hervé Perdriolle présente plusieurs de ses artistes lors de différentes expositions collectives. Il est ainsi invité par la galerie Louis Gendre à Chamalières pour montrer son exposition « Art tribal contemporain Inde » du 19 juin au 29 août. On le retrouve aussi régulièrement dans des foires internationales comme Drawing Now et Outsider Art Fair…

Autres événements :

Musée International Des Arts Modestes Sète – France
« Véhicules » du 27 mars au 20 sept 2015

Biennale Internationale d’Art Contemporain de Melle – France
« Jardiniers terrestres, jardiniers célestes » du 4 juillet au 27 sept 2015

Espace Hom Le Xuan Gstaad – Suisse
« Indian Contemporary Art » du 11 juillet au 29 août 2015

Palais des Beaux-Arts Bruxelles – Belgique
« Chinese Utopia Revisited » du 17 juillet au 29 septembre 2015

Musée Paul Valéry Sète – France
La Figuration Libre « Historique d’une aventure » du 2 juillet au 15 nov 2015

Pour en savoir plus

Hervé Perdriolle reçoit sur rendez-vous dans sa galerie en appartement située à Paris, près du jardin de Luxembourg. Son site : http://herve-perdriolle-paris.blogspot.fr/