Connaissez-vous les prix de la Fondation Taylor ?

Située dans une maison-atelier, rue la Bruyère à Paris, la Fondation Taylor œuvre à la défense des artistes, qu’ils soient peintres, sculpteurs, architectes, graveurs ou dessinateurs. Association créée en 1844 par le Baron Taylor, artiste et homme de culture, elle est reconnue d’utilité publique depuis 1881. Ce soutien à la création se traduit de multiples façons : organisation d’expositions, attribution de bourses et de prix. Cette longévité, la régularité de son action en font un acteur de référence dans le domaine artistique.

Chaque année, la Fondation Taylor décerne une cinquantaine de prix. 22 d’entre eux sont attribués sur dossiers par des jurys se réunissant dans les différentes sections de dessin, gravure, sculpture et peinture. Pour participer, les artistes doivent être adhérents de la Fondation. Les prix sont constitués par donation et legs. Ils peuvent répondre à des conditions particulières établies par leur fondateur. Le public, quant à lui, peut juger sur pièce et découvrir les œuvres des lauréats dans une exposition à la Fondation. La cuvée 2018 est ainsi exposée jusqu’au 7 juillet.

Cimaises-leblog a particulièrement aimé les œuvres de ces trois lauréats 2018 :

Ingrid Stübinger devant une de ses œuvres

Ingrid Stübinger a reçu le prix Adolphe Gumery. Créé par l’Association des amis du peintre Adolphe Gulery (1861-1943), il est décerné tous les deux ans alternativement en peinture et en dessin. Il récompense un artiste dont l’œuvre ou une partie de l’œuvre illustre le thème du voyage, proche ou lointain et qu’il soit réel ou imaginaire.

Une œuvre d’Alain Marie

Alain Marie a reçu le prix Léon-Georges Baudry. Créé par Léon-Georges Baudry, sculpteur (1898-1978), d’un montant de 20.000 €, il est destiné « à un artiste français connu, homme ou femme, âgé de 55 ans minimum, […] d’un réel talent figuratif pour la qualité de l’ensemble de son oeuvre. » Ce prix est attribué alternativement en sculpture, peinture et gravure.

Une œuvre de Teruhisa Yamanobe

Teruhisa Yamanobe a reçu le prix Maryse Anderbouhr. Créé par Paul Anderbouhr, peintre, (1909-2006) en mémoire de son épouse. Il est réservé à un peintre paysagiste, femme ou homme âgé de plus de 60 ans «… en souvenir d’une femme d’artiste… »

En savoir plus :

Les lauréats des « Grands Prix » 2018 de la Fondation Taylor. Exposition du 19 juin au 7 juillet 2018, du mardi au samedi de 13 h à 19 h.

Fondation Taylor, 1 rue La Bruyère, 75009 Paris. Tél. 01 48 74 85 24

www.taylor.fr

Image mise en avant :

Œuvre d’Ingrid Stübinger

%d blogueurs aiment cette page :