Archives du mot-clé swoon

District 13, une nouvelle foire pour le street art

C215
C 215, Distributeur préservatif Durex, pièce unique signée, 77 x 30 x 20 cm. Présentée par What’s art gallery

Si vous aimez le street art, rendez-vous ce week-end à District 13— International Art Fair, une nouvelle foire dédiée à cet art. Cette première édition implantée au cœur de la vénérable institution parisienne des ventes aux enchères, l’Hôtel Drouot, réunit 23 galeries venant principalement de France, d’Angleterre, des États-Unis et de Hong Kong. L’événement a été impulsé par Mehdi Ben Cheikh, le directeur de la galerie Itinerrance à Paris. Référence dans le street art, celle-ci avait organisé l’exposition éphémère de la Tour 13, un grand succès populaire. Cette nouvelle foire est l’occasion de découvrir les œuvres des grands noms de cette discipline, comme Shepard Fairey, Banksy, C215, Swoon

swoon
Swoon, « Neenee ». Gravure sur linoléum imprimée sur mylar rehaussée de café et d’acrylique. Épreuve d’artiste. Présentée par galerie LJ. 228 x223 cm

Les galeries participantes présentent également des artistes qui ne viennent pas du Street art, mais sont issus de la pop culture, du nouveau surréalisme, de l’art outsider… Par exemple, le Japonais Kazuki Takamatsu. Il mélange dans ses œuvres aériennes et laiteuses le dessin classique, l’aérographe, la gouache avec des graphiques informatiques. Les contrastes entre le blanc et le noir expriment métaphoriquement l’ambigüité du positif et du négatif, du bien et du mal, des races et des religions, de la vie et de la mort, de l’illusion et de la désillusion. Paul Toupet, quant à lui, travaille sur le thème de la représentation humaine. Ses sculptures, mi-poupées, mi-enfants, même si elles portent des masques aux oreilles de lapin, ne portent pas à sourire. Leurs yeux exorbités dérangent. Elles attirent ou repoussent. La période bleue présentée sur la foire est magnifique…

Pour info :
toupet
Paul Toupet, « Bathomet », série autoportraits, papier mâché, vernis, cuir, tissu, cuir, résine, plastique, acrylique, 90 x 45 cm. Présenté par Hey.

District 13 — International Art Fair,

district13artfair.com

Du 26 au 30 septembre 2018

Hôtel Drouot, 9, rue Drouot, 75009 Paris

Tarif :  pass 1 jour : 10 €, pass 4 jours : 15 €

Programme des conférences-débats :
takamatsu
Kazuki Takamatsu, « At This Time », graphiques informatiques, acrylique, gouache, giclée sur bâche, 100 x 80 cm. Présenté par Dorothy Circus Gallery.

 Vendredi 28 septembre, 17 h – 19 h : diffusion du film de Shepard Fairey (OBEY) et conférence-débat avec l’artiste Shepard Fairey

Samedi 29 septembre, 17 h – 18 h : Conférence-débat sur « le muralisme à travers le monde » en présence des artistes Seth et Inti

Dimanche 30 septembre, 11 h – 12 h : Conférence-débat sur le « Street Art : la scène Montpelliéraine » en présence des artistes Maye et Momies

Œuvre en bandeau :

Paul Toupet, « Pieta », détail.

La street artiste Swoon pose ses valises à Paris

street art swoon
Une vue de l’exposition de Swoon, street artiste, à la Galerie LJ.

Swoon est une artiste de street art, née en 1977 aux États Unis. Dans ses œuvres, elle propose une vision engagée et humaniste du monde à travers le portrait des gens qu’elle rencontre et des villes qu’elle visite au cours de ses incessants voyages. Sa technique est très originale. Elle grave de grands portraits au trait fouillé sur linoléum puis les imprime sur du papier polyester (Mylar), du papier recyclé ou papier calque. Elle rehausse ces tirages de couleurs à l’acrylique, les assemble sous forme d’installations monumentales, en les associant à des papiers découpés tels de la dentelle. Les Parisiens ont la chance de pouvoir découvrir son travail à la Galerie LJ. Swoon a investi les deux étages des lieux qu’elle a entièrement recouverts de peinture, d’estampes et de papiers découpés. L’ensemble est magnifique, le visiteur progresse dans un labyrinthe graphique puissant et émouvant Des lumières éclairent parfois les œuvres à la manière des théâtres d’ombres asiatiques, renforçant leur effet visuel. Cette exposition s’intitule « Motherlands » (au pluriel). L’artiste y met en parallèle les exilés des catastrophes écologiques et la disparition de sa mère, morte d’un cancer pendant qu’elle préparait cette exposition.

Pour mieux connaître l’artiste, regardez cette vidéo réalisée pendant le montage de l’exposition :


SWOON IN ‘MOTHERLANDS’ par dailyverit

Infos pratiques :

L’exposition Motherlands a lieu jusqu’au 11 janvier 2014 à la galerie LJ, 12 rue Commines, 75003 Paris. La galerie sera fermée du 22 au 25 décembre puis du 29 décembre au 1er janvier.