Archives du mot-clé Mesnager

rabier nowart dali

Dali et les street artistes

L’Espace Dali à Paris a eu l’idée originale d’inviter une vingtaine d’artistes urbains dans une exposition où les créations d’aujourd’hui dialoguent avec celles du maître catalan. Chacun des artistes contemporains a créé une œuvre qui ose confronter l’univers surréaliste aux codes de l’art urbain : peinture, pochoir, dessin, lumière, son, installation. Lors du vernissage de l’exposition, sous un beau soleil de fin d’été, une dizaine d’artistes ont réalisé une fresque murale en face du musée. Ils témoignaient ainsi de la vitalité, de la richesse du street art. Cimaises-le blog a fixé ce petit moment de couleurs et de créativité.


Street art à l’Espace Dali par cimaises-leblog

œuvre en-tête :

Arnaud Rabier « Nowart », « Dali fait le mur », aérosol marqueur, 89 x 116 cm, 2014

Infos pratiques :

Exposition « Dali fait le mur » du 11 septembre 2014 au 15 mars 2015. Espace Dali11 rue de Poulbot, 75018 Paris. Avec Akiza, Artiste Ouvrier, Fred Calmets, Codex Urbanus, Hadrien Durand-Baïssas, Jadikan, Jérôme Mesnager, Les King’s Queer, Kool Koor, Kouka, Levalet, Thomas Mainardi, Manser, Nikodem, Nowart, Paella, Pioc PPC, Sack, Speedy Graphito, Valeria Attinelli, Zokatos.

 

BD et art contemporain

Jusqu’au 7 novembre, le Couvent des Cordeliers à Paris accueille quarante duos d’artistes issus du monde de la bande dessinée et de l’art contemporain. Leur défi a été de réaliser en tandem des œuvres originales sur un support unique. Cet événement s’intitule « Quelques instants plus tard » en référence à cette petite phrase qui ponctue le déroulement de l’action dans les bandes dessinées.

Vladimir Velickovic & Enki Bilal, "Work in progress", tech. mixtes sur toile, 160 x 160 cm (x 2)

L’originalité de l’exposition ne tient pas au rapprochement de ces deux arts. Il y a bien longtemps que des artistes contemporains s’inspirent de la bande dessinée (citons Erró, Keith Harring, Roy Lichtenstein…) et que certains auteurs de bandes dessinées développent des univers graphiques proches de la peinture. Ce qui est intéressant ici, c’est d’apprécier le résultat de la collaboration entre deux artistes qui ne se connaissaient pas forcément et surtout, qui n’avaient jamais travaillé ensemble. En regardant leurs œuvres, on s’amuse à deviner lesquels ont vraiment joué le jeu du tandem, quelles rencontres n’ont été que de façade… La confrontation des univers a souvent créé des œuvres étonnantes, très créatives. Parfois, il est évident que les égos étaient trop forts pour que l’alchimie se produise… On ne voit alors qu’une juxtaposition de deux graphismes soliloquant dans leur coin de la toile.

Jérôme Mesnager & Benoît Sokal, "L'usine mystérieuse" (détail), tech. mixte sur toile, 100 x 100 cm

Après Paris, l’exposition « Quelques instants plus tard » voyage à la Cité internationale de la bande dessinée d’Angoulême du 23 novembre 2012 au 3 févier 2013, au centre d’art À cent mètres du monde à Perpignan du 8 février au 3 avril 2013, et enfin à l’espace d’exposition du Rouge Cloître à Bruxelles du 21 avril au 21 juillet 2013.

Kosta Kulundzic & Tanino Liberatore, " Saint Sébastien", tech. mixtes sur toile, 150 x 150 cm
« Quelques instants plus tard… »
Du 19 octobre au 7 novembre 2012
Ouvert tous les jours – De 11h à 19h
Couvent des Cordeliers
15, rue de l’Ecole-de-Médecine
75006 Paris
Tarif unique d’entrée : 5€
Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans