Bahram Hajou ou la solitude des amants

Une galerie rue Visconti à Paris. Un brin de poésie. Et de tragédie aussi. Sur une fine toile de lin écrue, des silhouettes suggérées par quelques traits de peinture noire et tachées de couleurs vives. Les visages, stylisés, ressemblent à celui de l’artiste, Bahram Hajou, peintre kurde né en Syrie, vivant en Allemagne. Mais derrière l’apparente simplicité des autoportraits, la légèreté gracieuse, l’artiste nous livre une vision critique de l’humanité. Peur, doute, incompréhension… Les regards interrogent frontalement le spectateur le plaçant face à ses propres détresses. La solitude joue en sourdine dans les corps-à-corps, les sexes opposés ne se rejoignent jamais. Le désir brûle les chairs et les âmes d’un feu sans rémission. Le constat pourrait être terrible. Mais Bahram Hajou possède l’élégance des poètes. Il fuit le mélodrame. Il évoque, questionne, interloque et se moque !

Bahram Hajou, La ronde spéculative, huile sur toile, 260 x 180 cm

L’exposition des peintures de Bahram Hajou a lieu à la Galerie GNG, 3 rue Visconti à Paris, du 12 février au 23 mars 2013.

%d blogueurs aiment cette page :