L’art outsider à Paris

En cette fin d’octobre, Paris propose une très riche programmation artistique. Bien sûr, il y a la FIAC dont tous les grands médias se font l’écho. Mais il existe une multitude de foires off ou de salons qui se produisent en même temps. Citons Slick, Variation, Yia Art Fair, Art Élysées, Réalités nouvelles… L’Outsider Art Fair est un événement à ne pas manquer pour qui aime l’art brut ou souhaite le découvrir. Cette foire, importée des États-Unis, se tient pour la deuxième fois à Paris. Le concept de la manifestation est original. Vingt-cinq galeries sont réparties dans les six étages d’un hôtel 4 étoiles à deux pas des Champs-Élysées. Les œuvres sont accrochées dans les chambres, posées sur les lits, les fauteuils, voire dans les salles de bain. L’ambiance est très sympathique. L’exiguïté des lieux, leur intimité font que les conversations s’engagent facilement. Les galeristes sont toujours prêts à faire connaître leurs artistes, mais mieux vaut parler anglais, car la majorité des exposants sont étrangers. Je vous invite vraiment à faire un saut à l’hôtel, si vous souhaitez sortir des sentiers battus du grand bizness de l’art contemporain.

Cette année, le blog met l’accent sur cinq artistes. Il y en avait beaucoup d’autres tout aussi intéressants, mais il faut bien faire un choix !

Georges Wilson

Une œuvre de George Wilson représentée par la galerie Creative Growth.
Une œuvre de George Wilson représentée par la galerie Creative Growth.

George Wilson (Galerie Creative Growth) est né en 1946. Homme plutôt taciturne, il dessine de manière frénétique. Dans des dessins colorés et énergiques, il imagine un bestiaire où les chevaux et les chiens ont la part belle, il peint également des personnages aux grands yeux, dont les corps s’entremêlent souvent dans l’anonymat de la foule.

 

 

 

 Chomo

Les œuvres de Chomo dans la chambre de la galerie Rouillac.
Les œuvres de Chomo dans la chambre de la galerie Rouillac.

Chomo (1907-1999) est présenté par le cabinet de commissaires-priseurs Rouillac. Cet artiste vivait en ermite dans la forêt de Rambouillet. Il avait créé un village « d’art préludien » qu’il aimait faire visiter et qui est fermé depuis sa mort. Le cabinet a choisi d’exposer des œuvres de sa dernière période, peintes sur un très beau papier aquarelle grand format. Elles représentent des « Mutants » et évoquent les « vibrations » de l’univers.

 

Ody Saban

art outsider
Une oeuvre d’Ody Saban présentée par la galerie Claire Corcia. « L’oeil Blanc », 148 x 116 cm.

La Galerie Claire Corcia expose de magnifiques dessins d’Ody Saban (née en 1953). Cette artiste à la sensibilité exacerbée pratique l’écriture automatique. Elle noircit le papier de figures entrelacées qu’elle colore de touches intenses d’acrylique. Elle reprend son dessin par strates successives tant qu’elle n’en est pas satisfaite. Née en Turquie, Ody Saban a été sans doute influencée par la richesse des miniatures persanes. Mais elle a créé un monde bien à elle. Elle immerge le spectateur au cœur d’une nature luxuriante, inquiétante, dévorante, où les êtres et la végétation se métamorphosent, parés de couleurs flamboyantes et psychédéliques.

 Tagami

outsider tagami
Les œuvres de Tagami dans la chambre de la galerie Atsuko Barouh

L’artiste japonais Tagami peint des portraits aux bouilles déformées et amusantes, qu’il réalise parfois en bas-relief avec du papier mâché et du carton. Il a été découvert par la galeriste Atsuko Barouh. Celle-ci, qui expose plutôt de l’art contemporain, a eu un coup de foudre pour son travail. Elle a mis plusieurs années à entrer en contact avec l’artiste et à le convaincre d’exposer !

 

 Marcos Bontempo

Une œuvre de Marco Botempo présentée par la galeriste Gloria Cohen.
Une œuvre de Marco Botempo présentée par la galeriste Gloria Cohen.

Marcos Bontempo est né en 1969 en Argentine, il vit en Espagne dans la ville de Ronda où sa famille a émigré depuis 1975. Sa personnalité et ses états d’âme le conduisent à mener deux œuvres parallèles. De jour, il dessine et peint des paysages très raffinés qui sont le décor de ses promenades quotidiennes. De nuit, Marcos Bontempo peint un tout autre univers, celui d’un monde intérieur peuplé de figures qui sont comme autant de cris dans un théâtre d’ombres. Ces dessins aux traits puissants et à la matière grumeleuse déclinent quelques thèmes phares : les crânes, les animaux, les transmutations. Il est présenté par Gloria Cohen et Jennifer Pinto Safian.

Informations pratiques

Outsider art Fair. Ouverture au public : vendredi 24 et samedi 25 octobre (11h00-20h00) et dimanche 26 octobre (12h00-18h00). Hôtel Le A, 4, rue d’Artois 75008 paris. http://www.outsiderartfair.com

2 réflexions au sujet de « L’art outsider à Paris »

Les commentaires sont fermés.